TOP 10 : Nos Palmes d’or favorites

TOP 10 des meilleures Palmes d’or

American director Quentin Tarantino (L) makes an obscene gesture in reaction to a heckler after winn..

Qu’est-ce qui fait une bonne Palme d’or ?

Il y a sans doute quelque chose qui relève de l’authenticité, de la sincérité d’un auteur qui n’a peur de rien et semble échapper à tous les calculs et les calibrages de festival. La bonne Palme est donc souvent une bonne surprise.

C’est Maurice Pialat et Sous le soleil de Satan, Palme d’or 1987 détestée et reçue sous les huées. Détestée puis réhabilitée, et même adorée par quelques-uns d’entre nous.

C’est aussi le jeune Tarantino, qui en 1994 répondait à une journaliste énervée par un joli doigt d’honneur après avoir fait gagner le cinéma indépendant à Cannes avec Pulp Fiction (cinq ans après le non moins jeune Steven Soderbergh, qui décrochait le Graal à 26 ans pour Sexe, Mensonges et Vidéo).

C’est encore la Palme d’or 2010 totalement inespérée pour Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, du génial réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul. Un cinéma atypique et exigeant, qui transporte à des années lumière de la Croisette et que l’on ne connaîtrait sans doute pas sans Cannes. Merci Tim Burton.

0523PC_Apichatpong_Weerasethakul

Nos Palmes d’or préférées recèlent d’innombrables images marquantes. Il n’est donc pas surprenant d’y voir quelques films devenus cultes, tels que Taxi Driver de Scorsese, ou Apocalypse Now de Coppola. D’autres sont des trésors mieux gardés par les cinéphiles, un peu à l’écart de la culture populaire, tels que Rome, ville ouverte de Rossellini, ou Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov. Mais peu importe leur popularité et la génération à laquelle ils appartiennent, ces films nous laissent des images, des visages, des musiques que l’on aime revoir, réentendre et partager.

Nastassja Kinski à travers le miroir sans tain de Paris, Texas, les visions cosmiques de The Tree of Life, les hélicoptères d’Apocalypse Now et la chevauchée des valkyries qui l’accompagne, la sonate au clair de lune et les adolescents d’Elephant, les mimes de Blow-Up, Marcello Mastroianni, Anita Ekberg et la fontaine de Trevi dans La dolce vita…autant d’images et de sons que nous ne pourrions oublier. Ces films sont entièrement dévoués à l’amour du septième art, à sa technique et aux émotions que lui seul est à même de véhiculer.

Ils ne sont pas opportunistes. Ils n’existent pas que par des sujets de circonstance qui nous ramènent inlassablement aux mêmes images misérabilistes donnant bonne conscience au jury qui les choisit. Voilà peut-être l’envers de ce que nous chérissons à Cannes : les films qui ne donnent pas à voir au-delà de notre quotidien dans tout ce qu’il a de plus sinistre.

Si la Palme d’or est la récompense ultime du cinéma, elle se doit de représenter avant tout un geste artistique original et personnel, qu’il soit petit ou grand, beau ou laid, séduisant ou irrévérencieux, militant ou non…un geste qui doit simplement nous émouvoir et nous marquer à vie.

TOP 10 DE LA RÉDACTION

10. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov (1957)

10

9. Rome, ville ouverte, Roberto Rossellini (1946)

8

8. Pulp Fiction, Quentin Tarantino (1994)

7

7. The Tree of Life, Terrence Malick (2011)

6 -

6. La dolce vita, Federico Fellini (1960)

57fa5ecb19c4169ae38ca3683c6268d0

5. Taxi Driver, Martin Scorsese (1976)

5 2

4. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)

4

3. Blow-Up, Michelangelo Antonioni (1967)

3 -

2. Paris, Texas, Wim Wenders (1984)

2

1. Elephant, Gus Van Sant (2003)

maxresdefault

TOPS RÉDACTEURS

Arnaud Claraco

  1. Sous le soleil de Satan, Maurice Pialat (1987)
  2. Rome, ville ouverte, Roberto Rossellini (1946)
  3. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov (1957)
  4. Conversation secrète, Francis Ford Coppola (1974)
  5. Blow-Up, Michelangelo Antonioni (1967)
  6. La dolce vita, Federico Fellini (1960)
  7. Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, Apichatpong Weersethakul (2010)
  8. Taxi Driver, Martin Scorsese (1976)
  9. L’Épouvantail, Jerry Schatzberg (1973)
  10. Barton Fink, Joel et Ethan Coen (1991)

Alban Couteau

  1. La dolce vita, Federico Fellini (1960)
  2. Rome, ville ouverte, Roberto Rossellini (1946)
  3. Blow-Up, Michelangelo Antonioni (1967)
  4. La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche (2013)
  5. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)
  6. Le Ruban blanc, Michael Haneke (2009)
  7. Barton Fink, Joel et Ethan Coen (1991)
  8. Paris, Texas, Wim Wenders (1984)
  9. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov (1957)
  10. Le Salaire de la peur, Henri-Georges Clouzot (1953)

Thomas Manceau

  1. Elephant, Gus Van Sant (2003)
  2. The Tree of Life, Terrence Malick (2011)
  3. Paris, Texas, Wim Wenders (1984)
  4. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov (1957)
  5. La dolce vita, Federico Fellini (1960)
  6. Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, Apichatpong Weerasethakul (2010)
  7. Sous le soleil de Satan, Maurice Pialat (1987)
  8. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)
  9. Blow-Up, Michelangelo Antonioni (1967)
  10. Pulp Fiction, Quentin Tarantino (1994)

Théo Martineaud

  1. Elephant, Gus Van Sant (2003)
  2. Blow-Up, Michelangelo Antonioni (1967)
  3. Paris, Texas, Wim Wenders (1984)
  4. Dancer in the Dark, Lars Von Trier (2000)
  5. Pulp Fiction, Quentin Tarantino (1994)
  6. Barton Fink, Joel et Ethan Coen (1991)
  7. Taxi Driver, Martin Scorsese (1976)
  8. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)
  9. Le Guépard, Luchino Visconti (1963)
  10. M*A*S*H, Robert Altman (1970)

Jordan Morisseau

  1. Elephant, Gus Van Sant (2003)
  2. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)
  3. Conversation secrète, Francis Ford Coppola (1974)
  4. Pulp Fiction, Quentin Tarantino (1994)
  5. Taxi Driver, Martin Scorsese (1976)
  6. Sailor et Lula, David Lynch (1990)
  7. Paris, Texas, Wim Wenders (1984)
  8. Sexe, Mensonges et Vidéo, Steven Soderbergh (1989)
  9. Entre les murs, Laurent Cantet (2008)
  10. The Tree of Life, Terrence Malick (2011)

Kévin Ruiz

  1. Paris, Texas, Wim Wenders (1984)
  2. The Tree of Life, Terrence Malick (2011)
  3. Le Tambour, Volker Schlöndorff (1979)
  4. Elephant, Gus Van Sant (2003)
  5. La Leçon de piano, Jane Campion (1993)
  6. Kagemusha, l’Ombre du guerrier, Akira Kurosawa (1980)
  7. Taxi Driver, Martin Scorsese (1976)
  8. La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche (2013)
  9. Conversation secrète, Francis Ford Coppola (1974)
  10. Le Guépard, Luchino Visconti (1963)

Amaury Trouvé

  1. Taxi Driver, Martin Scorsese (1976)
  2. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)
  3. Kagemusha, l’Ombre du guerrier, Akira Kurosawa (1980)
  4. Dumbo, Walt Disney (1947)
  5. Blow-Up, Michelangelo Antonioni (1967)
  6. Pulp Fiction, Quentin Tarantino (1994)
  7. Barton Fink, Joel et Ethan Coen (1991)
  8. Le Salaire de la peur, Henri-Georges Clouzot (1953)
  9.  Elephant, Gus Van Sant (2003) / La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche (2013)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s