SÉRIE: Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

[look away]

les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire-3-2048x1365

« Look away, look away », telle est la formule répétée pendant tout le générique de la nouvelle série Netflix, Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (A Series of Unfortunate Events). Adaptée d’une saga de treize romans jeunesse, la série propose huit épisodes mettant en scène les quatre premiers ouvrages de la chronique des Orphelins Baudelaire.

Si nous écoutions le générique, nous ferions ce qu’il nous ordonne de faire: détourner le regard et ne jamais poser les yeux sur ces trois pauvres orphelins poursuivis par la fatalité. Violet, Klaus et Sunny (Prunille dans la version française) subissent d’effroyables malheurs qui ne s’arrêtent jamais. Après la mort de leurs parents dans un incendie « accidentel », ils sont confiés à l’horrible Comte Olaf qui désespère de récupérer leur fortune. Partant d’un postulat très simple, la série va jouer sur la rythmique du double-épisode afin de former une boucle pour chaque histoire – modèle souvent emprunté par les séries policières ou médicales avec une intrigue qui doit être conclue à la fin de l’épisode.

Nous suivons les orphelins dans ce qui devient un enfer sur terre. Constamment déplacés, il leur est impossible de trouver leur place puisqu’un malheur n’arrive jamais seul.  Ces répétitions sont toutefois lassantes. La série, qui ne comporte que peu d’épisodes, fatigue très rapidement. Mais avec un plaisir malsain, le scénario nous encourage à continuer tout en espérant voir un peu de chance gagner ce trio. Prévenus à chaque fois, nous savons de toute manière que cela n’arrivera pas, alors pourquoi continuer ? La curiosité demeure pour savoir comment ils arriveront à se sortir à nouveau de cette mésaventure. La surprise, le grotesque et même l’absurde: tous  les moyens sont bons pour qu’ils soient une nouvelle fois sauvés. La série prête à sourire, avec une pointe d’amertume. Définitivement dramatique, elle ne se plie pas aux codes du genre grâce aussi  à ces choix de registres surprenants.

les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire-5

Le spectateur contemporain est habitué à une esthétique lissée et à des effets spéciaux tout droit sortis des meilleures références de science-fiction. Mais Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire surprend aussi par l’originalité de ses décors. La série offre au regard une atmosphère tantôt très colorée, à la limite du chatoyant, tantôt une ambiance plus sombre, voire lugubre. Jouant sur cette alternance, les décors semblent être les reflets des personnages qui occupent ces lieux. Ainsi, le spectateur peut toujours deviner quel type de personnage les Baudelaire devront affronter. Très proche de l’esthétique proposée par Tim Burton dans Edward aux Mains d’Argent, la mise en scène ne s’impose aucun réalisme, au profit d’images poétiques qui vont de pair avec le caractère romanesque de l’ensemble. Lemony Snicket, narrateur dans les livres, incarne cette narration à l’écran en devenant personnage. Visible à maintes reprises, il se présente comme un être omniscient qui sait à l’avance ce qui va arriver. Sa voix off de conteur intervient à de très nombreux moments sans pour autant imposer une certaine littérarité à la série. Il s’agit réellement d’une lecture cinématographique des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Point positif pour certains, complètement rédhibitoire pour d’autres, tous ces choix artistiques diviseront car ils sont pour ainsi dire périlleux. C’est malgré tout ce qui sauve la série et nous encourage à continuer.

Cette première saison était très attendue par les lecteurs mais aussi par les fans de séries. Annoncée comme l’évènement de ce début d’année, elle déçoit par son manque de rythme mais arrive à surprendre par des enjeux artistiques qui retiennent l’attention. Servie par un très bon casting, la série demeure réjouissante et plaisante, pour une histoire désastreuse.

Angélique Dreillard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s