[BILAN 2016]: TOP 10 des meilleurs films

Nos dix films favoris de 2016

images-top-2

Faire un top de nos films favoris de l’année provoque plusieurs choses. D’abord, pour les plus cinéphiles d’entre nous, c’est une vague de souvenirs qui remonte alors que nous fouinons jusque dans les moindres recoins de notre mémoire pour être sûrs de désigner dix films qui nous ont réellement plus marqués que tous les autres. La tâche est toujours ardue, mais nous remplit de nostalgie lorsque nous reviennent en tête des images, des mélodies, des voix qui nous avaient particulièrement bouleversés au cours de nos séances. Ensuite – et c’est là l’intérêt principal de ces classements de fin d’année –  lorsque nous rassemblons nos tops, que nous repérons leurs dénominateurs communs tout comme ce qui les différencie, nous avons de quoi réfléchir et prendre du recul.

Pourquoi ces films plus que d’autres, bien sûr, mais aussi et surtout, comment traduire leur rassemblement ? Commençons par nos divergences. Deux tendances majeures se distinguent parmi les cinéastes que nous avons défendus. Malgré certains désaccords qui conduisent toujours à des débats croustillants, nous tâchons autant que possible de mettre en avant un certain nombre de réalisateurs casse-cou. Il peut s’agir du traitement risqué d’un sujet improbable – Verhoeven et son dérangeant Elle – , d’une démarche artistique radicale poussée à son paroxysme – le bras d’honneur kamikaze de Nicolas Winding Refn avec The Neon Demon – ou plus simplement de la folie d’un projet – les défis techniques démesurés de The Revenant, d’Alejandro Gonzales Iñarritu. Nous avons besoin d’être emportés par les films, avant de les emporter avec nous en sortant de la salle. Ces expériences fortes (qu’elles soient agréables ou non) vont de pair avec un geste affirmé, sans retenue, qui expose les cinéastes. C’était aussi le cas de réalisateurs et réalisatrices absents des dix finalistes mais présents dans les tops individuels, tels que Maren Ade, qui réussit avec brio le défi d’une (presque) comédie de 2h45 avec Toni Erdmann, Abbas Fahdel et son immense et essentiel Homeland: Irak année zéro, ou encore Xavier Dolan, qui se risque à un film plus sombre et difficile que ceux qui lui ont apporté le succès (Juste la fin du monde).

images-top-3

Mais face à ces films radicaux et démonstratifs se retrouvent aussi (jusque dans le haut du top) un certain nombre de « petits films ». Non pas que leurs auteurs soient moins reconnus que ceux cités précédemment, mais parce que leur beauté réside essentiellement dans leur humilité. C’est Clint Eastwood et son très beau Sully, qui voit dans le portrait d’un héros ordinaire l’occasion de s’abandonner à la simplicité de son classicisme, soutenu par quelques notes de jazz discrètes, loin des fanfares patriotiques qui résonnaient invariablement dans ses derniers films en date. C’est aussi Jim Jarmusch, avec la délicate poésie de Paterson, livrée à quiconque souhaiterait réenchanter son quotidien. Ou encore Todd Haynes et la force tranquille de Carol, merveilleux film d’amour discret, simple, réchauffé par la patine de l’âge d’or hollywoodien. Jeff Nichols se range doublement aux côtés de ces cinéastes, avec Midnight Special, sublime fuite vers l’inconnu empreinte de nostalgie, et Loving, passé par Cannes cet été et dont la sortie française est prévue pour le 15 février prochain. Enfin, et ce n’est pas une surprise pour vous, nous avons choisi le dernier film de Denis Villeneuve, Premier Contact, lui aussi guidé par des émotions simples, instinctives, qui l’emportent sur toutes les grandes références auxquelles on l’a beaucoup comparé.

Côté blockbusters et films grand public, peu de réjouissances…les ratés de DC (Batman V. Superman, Suicide Squad), de Marvel (Doctor Strange, X-Men Apocalypse), les films d’animation peu excitants (exceptions faites de Your Name et Le Garçon et la Bête, deux films japonais), ainsi que les bourdes de grands entertainers (Spielberg et Le Bon Gros Géant, Zemeckis et Alliés) nous ont particulièrement attristés. Mais pour nuancer ce constat, trois titres sont tout de même revenus dans la discussion: les films d’animation Zootopie (Byron Howard et Rich Moore) et Kubo et l’armure magique (Travis Knight), ainsi que le très bon 10 Cloverfield Lane, du jeune Dan Trachtenberg qui nous a aussi convaincus.

Finissons ce bilan sur la note la plus positive: l’omniprésence de figures féminines, et non des moindres. De grands premiers rôles auxquels les films sont entièrement dévoués. Il n’y a qu’à lire les titres: Elle, Carol, Julieta, Mademoiselle…et si nous nous réjouissons de cette avancée, il faut aussi souligner que cette vague féminine est d’autant plus rafraichissante qu’elle s’incarne à travers des rôles bien plus complexes et risqués que la plupart des premiers rôles masculins de l’année. Toutes les femmes magnifiées par ces films représentent une multitude de psychologies différentes, des portraits ambigus de Elle (Isabelle Huppert) et de Mademoiselle (Kim Min-hee et Kim Tae-ri) aux compositions déstructurées des personnages de Julieta (Emma Suarez et Adriana Ugarte) et de Premier Contact (Amy Adams), en passant par les performances nuancées des résistantes Ines (Sandra Huller dans Toni Erdmann), Carol Aird et Therese Belivet (Cate Blanchett et Rooney Mara dans Carol). Et s’il ne se retrouve pas dans le top, mentionnons aussi le très sympathique Victoria de Justine Triet, avec dans le rôle titre une Virginie Effira au sommet. Un vent d’espoir souffle sur la diversité des rôles féminins dans le cinéma international, et par voie de conséquence, sur le cinéma international tout court, qui a plus que jamais besoin de toutes ces héroïnes.

Venons-en aux faits…top 10.

TOP DE LA RÉDACTION

10. THE REVENANT, Alejandro Gonzales Iñarritu

anatomy_of_a_scene_-_the_revenant_-_2

9. PATERSON, Jim Jarmusch

5-choses-a-savoir-sur-paterson-le-nouveau-film-de-jim-jarmusch_exact1900x908_l

8. JULIETA, Pedro Almodovar

448-julieta

7. CAROL, Todd Haynes

CAROL

6. MADEMOISELLE, Park Chan-wook

Mademoiselle9.jpg

5. MIDNIGHT SPECIAL, Jeff Nichols

MIDNIGHT SPECIAL

4. SULLY, Clint Eastwood

sully

3. ELLE, Paul Verhoeven

elle-paul-verhoeven-film-critique

2. PREMIER CONTACT, Denis Villeneuve

premier_contact_arrival_film_movie_explication_theorie_langue_heptapode-9

1.THE NEON DEMON, Nicolas Winding Refn

3061243-poster-1920-the-neon-demon

TOPS RÉDACTEURS & CONTRIBUTEURS

Alban Couteau

  1. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  2. The Strangers, Na Hong-jin
  3. Premier Contact, Denis Villeneuve
  4. Anomalisa, Charlie Kaufman
  5. Kubo et l’armure magique, Travis Knight
  6. San Junipero (Black Mirror S3, ép.4), Owen Harris
  7. La loi de la jungle, Antonin Peretjatko
  8. A Perfect Day, Fernando Leon de Aranoa
  9. Homecoming (The OA, ép.1), Zat Batmanglij
  10. Sully, Clint Eastwood

Angélique Dreillard

  1. Mademoiselle, Park Chan-wook
  2. Sense8 – Christmas Special, Lana Wachowski
  3. Zootopie, Byron Howard et Rich Moore
  4. Premier Contact, Denis Villeneuve
  5. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  6. 10 Cloverfield Lane, Dan Trachtenberg
  7. The Revenant, Alejandro Gonzales Iñarritu
  8. Miss Peregrine et les enfants particuliers, Tim Burton
  9. Free Love, Peter Sollett
  10. Les Animaux Fantastiques, David Yates

Thomas Manceau

  1. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  2. Premier Contact, Denis Villeneuve
  3. Carol, Todd Haynes
  4. The Revenant, Alejandro G. Iñarritu
  5. Toni Erdmann, Maren Ade
  6. La Loi de la jungle, Antonin Peretjatko
  7. Julieta, Pedro Almodovar
  8. Juste la fin du monde, Xavier Dolan
  9. Paterson, Jim Jarmusch
  10. Elle, Paul Verhoeven

Théo Martineaud

  1. Julieta, Pedro Almodovar
  2. Paterson, Jim Jarmusch
  3. Rester Vertical, Alain Guiraudie
  4. Elle, Paul Verhoeven
  5. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  6. Ma Loute, Bruno Dumont
  7. Premier Contact, Denis Villeneuve
  8. Juste la fin du monde, Xavier Dolan
  9. Valentina, Maximilian Feldmann
  10. Merci Patron !, François Ruffin

Jordan Morisseau

  1. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  2. Premier Contact, Denis Villeneuve
  3. Mademoiselle, Park Chan-wook
  4. Comancheria, David Mackenzie
  5. Carol, Todd Haynes
  6. Julieta, Pedro Almodovar
  7. Sully, Clint Eastwood
  8. Elle, Paul Verhoeven
  9. Midnight Special, Jeff Nichols
  10. The Revenant, Alejandro Gonzales Iñarritu

Maxime Pairault

  1. Your Name, Makoto Shinkai
  2. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  3. Le Garçon et la Bête, Mamoru Hosoda
  4. Premier Contact, Denis Villeneuve
  5. Midnight Special, Jeff Nichols
  6. Mademoiselle, Park Chan-wook
  7. The Strangers, Na Hong-jin
  8. Zootopie, Byron Howard et Rich Moore
  9. Sully, Clint Eastwood
  10. Dernier train pour Busan, Sang-ho Yeon

Kévin Ruiz

  1. Carol, Todd Haynes
  2. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
  3. Sully, Clint Eastwood
  4. Toni Erdmann, Maren Ade
  5. Elle, Paul Verhoeven
  6. Paterson, Jim Jarmusch
  7. The Assassin, Hou Hsiao-hsien
  8. Midnight Special, Jeff Nichols
  9. Dernier train pour Busan, Sang-ho Yeon
  10. Julieta, Pedro Almodovar
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s