[BILAN 2016]: Notre sélection musicale

Nos bandes originales et playlists favorites de 2016

228191kuboandthetwostrings582debbe65a7c

Avec le froid hivernal et les fêtes de fin d’année arrive la saison des tops et du grand bilan ciné et séries de l’année ! Commençons à nous mettre dans l’ambiance avec une petite sélection des meilleures bandes originales de 2016. Nous les avons piochées dans des longs-métrages mais également des séries, car le petit écran aussi a proposé de belles partitions. Par ailleurs, nous avons regroupé des musiques originales (spécialement composées pour les œuvres en question) et des des playlists de musiques pré-existantes. Au-delà de la qualité de composition, nous prenons aussi en compte la cohérence des choix musicaux effectués pour illustrer toutes ces images. C’est parti !

Premier Contact, musique originale de Johann Johannsson

La bande originale de Premier Contact est tour à tour inquiétante, euphorisante, émouvante, mais aussi et surtout toujours cohérente avec l’esprit du film de Denis Villeneuve. Si le magnifique thème de Max Richter (On the Nature of Daylight) ouvre et ferme le film, les compositions de Johannsson n’en demeurent pas moins mémorables et ingénieuses. On regrettera d’ailleurs sa disqualification aux Oscars, un an après l’occasion déjà manquée par l’académie de récompenser son travail musical pour Une merveilleuse histoire du temps.

The Neon Demon, musique originale de Cliff Martinez

Évidemment, impossible pour nous de passer à côté de The Neon Demon qui, en plus d’être l’un des meilleurs films de l’année (on en reparlera), s’est payé une sacrée bande originale. Mélodies hystériques ou planantes, Cliff Martinez sait tout faire derrière ses synthés carburant aux boucles électro. Un score qui reste en tête longtemps après la séance, y compris la mélancolie du Waving Goodbye de Sia…

Westworld, musique originale de Ramin Djawadi

Ou presque originale. Car si le piano autonome désaccordé sonne bien selon les vœux de Ramin Djawadi, il ne se prive d’emprunter ça et là quelques morceaux célèbres, souvent du côté de la musique populaire britannique ou américaine. Il a un faible pour Radiohead alors forcément, on a fini par succomber. Quoi qu’il en soit, le générique d’ouverture est bien de lui, et c’est le plus beau de l’année.

Les Huit salopards, musique originale d’Ennio Morricone

Soyons clairs, Les Huit salopards n’a pas convaincu tout le monde à la rédaction…mais on est tous d’accord sur un point: Ennio Morricone est toujours l’un des plus grands, comme il l’a prouvé cette année avec la sublime partition de l’antépénultième film de Quentin Tarantino, dont les BO précédentes étaient plus souvent des compilations (excellentes) de morceaux pré-existants.

Kubo et l’armure magique, musique originale de Dario Marianelli & Regina Spektor

Parmi les charmes de Kubo et l’armure magique, difficile de passer outre sa très belle bande originale, qui mêle des inspirations diverses, entre la grandiloquence orchestrale chère au cinéma d’animation, et de subtiles influences orientales. Sans oublier la très belle reprise des Beatles sur laquelle s’achève le film.

The Revenant, musique originale de Ryuichi Sakamoto & Alva Noto

Sur les images sublimes des grands espaces filmés par Alejandro Gonzales Iñarritu, la musique de The Revenant,composée en grande partie par le célèbre Ryuichi Sakamoto (Furyo, Talons aiguilles, Snake Eyes…), distille un riche ensemble de sonorités acoustiques et électroniques. Couplées au sound design du film, elles participent parfois de son étrangeté, comme lors des scènes de bataille, soutenues par des percussions et nappes de clavier minimalistes.

Sing Street, musique originale de Sing Street

Irrésistible. Le terme est idéal pour décrire les compositions euphorisantes du petit groupe que filme John Carney dans Sing Street. Ce feel good movie primé dans divers festivals doit beaucoup à sa bande originale, qui en plus des compositions rafraîchissantes de ses personnages principaux, peut compter sur une formidable playlist 80’s. Il faut aussi rappeler combien les scènes de tournage des clips (trop rares au cinéma) sont désopilantes. Un excellent choix de film familial pour les fêtes, afin de parer aux sempiternels Beethoven, Beethoven 2, Beethoven 3, Beethoven 4 et autres Le Père Noël est une ordure auxquels vous avez droit depuis dix ans sur les chaînes publiques en période de vacances.

Carol, musique originale de Carter Burwell

Le sublime dernier film de Todd Haynes, Carol, dispose d’une merveilleuse bande originale signée Carter Burwell. Cette partition à la fois lyrique et subtile sait faire varier les tonalités pour illustrer la plus belle histoire d’amour vue cette année en salles.

Stranger Things, musique originale de Kyle Dixon & Michael Stein

Encore une qui nous prend par les sentiments…comment ne pas flancher à l’écoute de ces vagues de synthé à la Carpenter ? Oui, Stranger Things, doit quand même beaucoup à la nostalgie des spectateurs de notre génération. Petits futés…

10 Cloverfield Lane, musique originale de Bear McCreary

On finit sur une pointe d’angoisse, avec la musique du génial 10 Cloverfield Lane, à compter parmi les meilleurs blockbusters de l’année et dont l’effrayante bande originale est signée Bear McCreary, compositeur des séries The Walking Dead et Battlestar Galactica.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s