REVIEW: Olmo et la Mouette, de Petra Costa et Lea Glob

Olmo et la Mouette

[pièces de vie]

3400-olmo-et-la-mouette-de-petra-costa-et-lea-glob_5659177

Programmé au Poitiers Film Festival à l’occasion du focus cinéma danois, Olmo et la mouette raconte l’odyssée d’un couple de comédiens dont le quotidien va se voir bouleverser par l’arrivée d’un heureux événement : la naissance d’un bébé. Désormais lié par autre chose qu’une passion commune pour le théâtre, le couple devra jongler entre obligations professionnelles et vie familiale. Au théâtre comme dans la vie, de nouveaux rôles se créent et les masques tombent peu à peu… Réalisé avec finesse par deux jeunes réalisatrices (et produit par Tim Robbins !), Olmo et la mouette est un beau portrait de couple comme on en voit peu, abandonnant les bons sentiments au profit d’une réflexion intime sur la nature des relations humaines. Le dispositif proposé par les réalisatrices fait s’effacer les frontières entre fiction et réalité, créant un délicieux vertige vers lequel on prend plaisir à se laisser porter. Le couple, bien réel, obéit pourtant aux contraintes de mise en scène des réalisatrices, dont on entend parfois la voix en off : certaines scènes sont reprises en changeant quelques détails, d’autres sont modifiées par le caractère accentué d’un personnage. Le processus de création artistique avance de pair avec la naissance et l’éveil de l’enfant, soulignant ainsi le caractère organique de toute création. Dans les rôles principaux, Olivia Corsini et Serge Nicolaï, tous deux absolument remarquables, se touchent, s’aiment, se disputent et s’interrogent. Les discussions, tantôt futiles, tantôt existentielles, sont alternées avec des captations de pièces dans lesquelles leurs problèmes parentaux s’effacent au profit de ceux de leurs avatars théâtraux. Le théâtre devient à la fois une réponse et un prolongement de la vie. De cette fiction documentée, on ressort à la fois ravi et dérouté d’avoir partagé d’aussi près cette intimité. Peu importe que celle-ci soit vraie ou fausse, tant elle sonne juste. On quitte cette vie de songes sur la pointe des pieds…

Alban Couteau

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s