REVIEW: Kubo et l’armure magique, de Travis Knight

Kubo et l’armure magique

[once upon a time]

kubo-larmure-magique-fresque-pleine-souffle_0_1400_586

Film après film, le studio Laika s’est construit une filmographie cohérente et ambitieuse, explorant à travers chacune de ses œuvres des imaginaires plus ou moins exotiques imprégnés de mythologie anglo-saxonne (Coraline), américaine (L’étrange pouvoir de Norman) ou encore scandinave (Les Boxtrolls). Kubo et l’armure magique met cette fois à l’honneur un Japon médiéval teinté de légendes ancestrales dans lesquelles les dieux et les esprits font partie intégrante de la destinée humaine. Kubo est un jeune garçon qui vit seul avec sa mère dans un village perdu quelque part dans la campagne japonaise. Conteur hors pair, il provoque la joie autour de lui en mettant en scène les exploits de samouraïs grâce à ses marionnettes ensorcelées qui prennent vie au son de sa guitare. Mais le jour où son village est détruit par une force maléfique, Kubo va devoir se mettre en quête de ses origines et vivre une épopée aux dangers bien réels. Son grand-père, sorte de créature monstrueuse et omnipotente, souhaite l’entrainer dans le monde des esprits. Seule solution pour Kubo : trouver la fameuse armure magique de son père, dont les morceaux sont disséminés un peu partout sur le territoire.

kubo-monkey-in-the-snow

Dernier bastion de l’animation en stop-motion (ou image par image), le Studio Laika renouvelle la forme traditionnelle en la sublimant grâce à l’ajout d’images de synthèses qui donnent naissance à une œuvre d’une beauté plastique subjuguante. Si tous les films du studio bénéficiaient déjà d’une esthétique particulièrement léchée, Kubo place la barre encore plus haut en proposant un imaginaire somptueux, où la chaleur des couleurs vient illuminer des décors oniriques. Rarement l’animation aura été aussi fluide et les détails nombreux. Kubo nous emporte dans un tourbillon de formes et de couleurs où chaque accessoire et chaque décor semble ouvrir un imaginaire beaucoup plus vaste dont le film ne donnerait à voir qu’un aperçu. Sa structure narrative (une quête existentielle qui rappelle celle du Seigneur des Anneaux) permet de faire se succéder les espaces d’un Japon fantasmé, où les influences iconographiques se mêlent les unes aux autres sans céder à la tentation du patchwork indigeste. Les marionnettes utilisées donnent aux personnages une véritable matérialité qui ne rend que plus manifeste leur humanité latente. Certes, les aventures de Kubo sont peut-être un peu moins cartoonesques et loufoques que celles de Norman, mais peu importe : l’émotion, plus prégnante que jamais, l’emporte sur tout le reste.

Ambitieux, le film ne l’est pas seulement dans sa forme, mais également dans son propos, qui révèle une finesse d’écriture aux antipodes de la mièvrerie de certaines productions pour enfants. Si le thème du deuil crée un fil conducteur à travers toutes les œuvres du Studio Laïka (deuil de l’enfance pour Coraline et des proches pour Norman), jamais celui-ci n’avait été traité avec autant de finesse et de retenue que dans Kubo. La beauté des images sert d’écrin à la justesse des mots utilisés, conférant à l’œuvre un regard subtil et profond sur un sujet pourtant difficile à traiter. En faisant du personnage principal un petit conteur qui se retrouve propulsé dans une de ses aventures, le réalisateur semble effacer la frontière ténue qui sépare le mythe et la réalité. Et on se retrouve, comme le public à qui Kubo raconte son histoire, avec le seul désir que celle-ci ne s’arrête jamais.

Alban Couteau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s