OLDIE: Phase IV de Saul Bass

Phase IV

[micro-cosmos maxi-chaos]

phase-4-towers

Noyé dans la multitude de films de science-fiction sortis à la même période, Phase IV avait tout pour passer inaperçu. Le film, désavoué par le public américain lors de sa sortie en salles, est finalement redécouvert en Europe grâce au marché de la vidéo. De fait, Phase IV a de quoi déstabiliser, notamment dans l’écart qu’il creuse entre le choix du sujet (des fourmis mutantes qui commencent à dominer les humains) et la forme avec laquelle le réalisateur Saul Bass choisit de le traiter. Le réalisateur met en effet en scène une série B avec l’ambition et l’originalité d’un film expérimental. Unique œuvre d’un graphiste à qui l’on doit les plus belles affiches et les plus beaux génériques de l’histoire du cinéma (ceux d’Hitchcock, mais aussi de Preminger et de Scorsese), Phase IV est une œuvre déroutante, symptomatique des craintes que pouvait éprouver le public américain des années 70 face à la menace grandissante d’un contrôle technologique de la société. L’heure est au nihilisme et au repli sur soi.

Cette dernière tentation se retrouve dans la forme même du film, qui tend à rendre compte de ses conséquences. Se déroulant principalement en huis clos, le film raconte la longue bataille que livrent deux scientifiques reclus dans leur laboratoire contre des fourmis bien décidées à en découdre avec le genre humain. Le laboratoire, implanté au milieu d’un champ au Texas, se retrouve peu à peu assiégé par les insectes, capables de pénétrer le corps humain pour en ronger l’intérieur. Chacune des deux solutions proposées par les scientifiques symbolise une certaine vision de la science : essayer de communiquer avec les fourmis, de comprendre leur langage pour décoder leurs motivations, ou bien les exterminer purement et simplement.

Si le thème du renversement du statut de l’être humain de prédateur à celui de proie traverse le cinéma des années 70 (on pense évidemment aux Dents de la mer et à La planète des singes ou encore le méconnu, mais tout aussi génial Le mystère Andromède), il fait ici l’objet d’une profonde réflexion. Rarement l’anthropocentrisme aura été si violemment ébranlé: le film ne laisse aucun espoir de rédemption à cet être humain qui a asservi la nature sans honte ni regret. Toutefois, le pamphlet nihiliste du réalisateur se double d’une parfaite maitrise de la mise en scène qui permet d’en décupler la portée. Loin de sombrer dans la tentation du film à thèse moralisateur, Phase IV est un objet cinématographique fascinant qui confirme non seulement le génie formel de Saul Bass (mais ça, on s’en doutait un peu), mais surtout, la virtuosité de sa direction d’acteurs.

phase-iv-1973-03-g

Par le truchement d’un montage alterné, Saul Bass nous montre d’un côté le camp des hommes, réunis dans le laboratoire, et de l’autre celui des fourmis, terrées dans le sol. Réalisées sans trucages, ces séquences démontrent toute l’inventivité de la mise en scène de Bass, capable de transformer de minuscules fourmis en créatures avides de sang. Le réalisateur, assisté de Ken Middleham pour les séquences insectoïdes, multiplie les gros plans et les cadrages étonnants pour mieux faire ressortir leur monstruosité. Sa démarche est ainsi diamétralement opposée à celle mise en œuvre l’année suivante par un certain Steven Spielberg. Si Les dents de la mer joue sur la menace sourde que constitue le requin en ne le faisant apparaître que sporadiquement, l’image est ici saturée par de véritables fourmis grouillantes. Le danger est filmé sans artificialité dans toute sa crudité bestiale.

Si le film semble être en avance sur son temps, on peut toutefois se réjouir qu’il ait été réalisé à une période où les effets numériques n’avaient pas encore été inventés. Empreint d’un rythme langoureux qui se fait l’écho de la lente avancée des fourmis vers leurs victimes, Phase IV se démarque des autres œuvres de science-fiction apocalyptiques qui semblent favoriser les effets immédiats à défaut d’une ambiance générale. L’occasion pour tout cinéphile de découvrir quel esprit torturé se cache derrière les affiches de Vertigo ou de West side story.

Alban Couteau

Publicités

Une réflexion au sujet de « OLDIE: Phase IV de Saul Bass »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s