A VOS PLUMES: Alice A. et « Doctor Who »

A vos plumes ! est une rubrique que l’on ouvre à nos lecteurs afin qu’ils partagent avec nous leurs souvenirs et leurs coups de cœur…Une sorte de livre d’or cinéphile que chacun d’entre vous est invité à signer ! Pour ce faire, contactez-nous via la page Facebook de Screen Chronicles. A vos plumes !

Aujourd’hui, Alice Alexandre nous conseille:

Doctor Who (1963-2016)

Rain-by-John-Smith-VFX-Doctor-Who
Je souhaiterais parler du Docteur. Oui, du docteur dont est tiré le nom de cette série: Doctor Who (littéralement « Docteur qui »). Tout au long des saisons, le personnage principal est questionné sur ce nom qui n’a jamais été révélé depuis le début de la série dévoilée en 1963 (oui, ça fait un bout de temps !) au grand public. Je suis tombée amoureuse de cette série progressivement. J’en avais vaguement entendu parler dans ma jeunesse sur internet mais n’y avais pas vraiment prêté attention. C’est en zappant et en entendant ce générique si particulier que j’ai un jour décidé de m’arrêter sur France 4 (seule chaîne diffusant la série). L’idée de base est formidable: un être alien à l’apparence humaine s’est enfui de sa planète en volant un vaisseau camouflé en cabine téléphonique bleue anglaise. Vaisseau étant plus grand à l’intérieur qu’a l’extérieur, et donc piloté par un alien qui s’avère être un seigneur du temps qui a DEUX cœurs ! Ce seigneur du temps étant capable de se régénérer dans un autre corps lorsque vient l’heure de sa mort…Oui, il fallait y penser à tout ça !
DW_4_Specials_AChristmasCarol-e1450369375621-800x800
Bref…assez de bavardage sur le Docteur. Cette série présente l’avantage de se situer à chaque épisode dans une époque et un univers différents. Je pense que cette série permet de développer l’imaginaire – non seulement des enfants mais également des adultes – et nous fait rêver de voyages. Car Doctor Who présente aussi cet avantage d’être regardée par tous (bon…dans les deux dernières saisons avec Peter Capaldi, c’est peut-être plus difficile). Le regard de l’enfant de 5 ans peut par exemple être amusé par le physique des créatures et les situations parfois comiques vécues par les personnages, alors que l’adulte ou l’adolescent peut être amené à des réflexions plus complexes, notamment avec la question du nom du Docteur et l’apparition de certains paradoxes (très présents dans l’ère Smith).
En bref, je vous encourage vivement à découvrir cette excellente série !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s