A VOS PLUMES: Thomas J. et « Beignets de tomates vertes »

A vos plumes ! est une rubrique que l’on ouvre à nos lecteurs afin qu’ils partagent avec nous leurs souvenirs et leurs coups de cœur…Une sorte de livre d’or cinéphile que chacun d’entre vous est invité à signer ! Pour ce faire, contactez-nous via la page Facebook de Screen Chronicles. A vos plumes !

Aujourd’hui, Thomas Jallerat nous conseille:

Beignets de tomates vertes, de Jon Avnet

beignets 2

On a tous en tête cette liste de « films cultes », pour diverses raisons : Star Wars, pour le mythe qui l’entoure, Le Seigneur des Anneaux, pour sa « majestuosité », La Vie est Belle pour l’émotion qu’il déclenche, Y a-t-il un pilote dans l’avion ? pour son humour déjanté, et puis, chacun d’entre nous a ce film.
Ce film que l’on adore, pas forcément honteux, mais pas forcément sublime non plus.
Pour moi, c’est Beignets de tomates vertes.

Beignets de tomates vertes, c’est un film (duh !) pas très connu qui mériterait pourtant, à mon humble avis, d’être reconnu.

Réalisé par Jon Avnet,  il est un des plus beaux films que j’aie vu.

Pour résumer le scénario : Des tomates vertes coupées en rondelles épaisses et roulées dans la farine, un peu de lard pour graisser la poêle, telle est la recette des beignets de tomates vertes que les deux héroïnes offrent aux clients de leur café. Les deux héroïnes, Ruth et Idgie, ne sont pas particulièrement gâtées par la nature. Femmes dans les années 30 aux USA, elles doivent se battre pour avoir une voix, un choix, une liberté. Sans révéler les clés de l’intrigue, ce film est le conte d’un combat – littéralement – pour la cause féministe.

Habituellement, j’ai beaucoup de mal avec les « films à idéologie apparente », mais quand cette part d’idéologie est bien dosée, je peux l’accepter. Ici, entre rires et larmes, le combat féministe est habilement distillé et le destin de ces 2 femmes s’inscrit dans la fresque du combat de la Femme dans le fil de l’Histoire.

Beignets de tomates vertes nous montre comment un destin peut changer diamétralement par des actions simples. Ce film est le reflet de jours heureux entre deux femmes dans une Amérique des années 30 encore en pleine ségrégation raciale. Les personnages sont tous très attachants, très touchants. Enfin, c’est difficile de mettre des mots là-dessus. A moins d’avoir un cœur de pierre, difficile de ne pas être touché par la bouleversante histoire d’Idgie et de Ruth où la mort, la violence, la haine mais aussi la lumière, l’amour, l’amitié, la solidarité est présente à tous les niveaux.

J’avouerai n’avoir pas lu le livre dont ce film est l’adaptation, mais selon les critiques que j’ai pu lire, l’adaptation est très fidèle. Les amoureux du roman ne devraient donc pas être déçus par le film.

Deux derniers bonus : La musique est magnifique, et, étonnement, la VF l’est également (surement parce qu’il date d’avant Internet).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s