REVIEW: Paranormal Activity 5, de Gregory Plotkin

Paranormal Activity: Ghost Dimension

[break the wall]

Paranormal Activity 5

Il faut se faire une dernière fois l’avocat du diable prêt à défendre bec et ongles une saga mal aimée qui aura pourtant représenté bien plus qu’une vulgaire pompe à fric pour le cinéma d’horreur de ces dernières années. Si l’inutile quatrième volet -précédé d’un excellent préquel- avait fait dérailler la machine bien huilée, la 3D annoncée pour ce cinquième opus ouvrait un champ de possibilités excitant. Car aucun autre film d’épouvante en found footage ne s’était autant évertué à explorer le potentiel anxiogène du film façon vidéo amateur, décliné en un florilège d’idées ingénieuses qui -quoi qu’en diront les plus grincheux- relèvent de réels efforts de mise en scène parfois remarquables.

Ce chapitre final présente la famille Fleeges (Ryan, le père, Emily, la mère, et Leila, leur fille) emménageant dans une grande maison de Palo Alto en Californie. En déballant les cartons, ils découvrent de curieuses VHS sur lesquelles figurent des images de Katie et Kristi datant de 1988. Ils tombent également sur une vieille caméra volumineuse et dotée d’un objectif révélant d’étranges phénomènes dans la maison, invisibles à l’œil nu. Rapidement, Leila est atteinte de troubles nocturnes dépassant le somnambulisme, que les parents, assistés par le frère de Ryan, vont tenter de comprendre.

La plus belle idée du film est d’avoir fait de la 3D un élément de la diégèse, présente uniquement à travers l’objectif de la fameuse caméra trouvée dans les cartons du déménagement. Les particules noires et volatiles flottant dans la maison et révélées par le mystérieux objet sont d’abord intrigantes, avant de prendre peu à peu la forme d’un grand spectre noir jaillissant parfois de l’écran grâce à quelques effets visuels impressionnants. La 3D exalte non seulement les propriétés spectaculaires du relief en brisant le mur rassurant entre l’écran et le spectateur, mais creuse aussi magnifiquement la profondeur de champ, comme dans cette scène ahurissante au cours de laquelle un passage lumineux sans fin s’ouvre au-dessus du lit de Leila.

Plus ambitieux, le scénario de Paranormal Activity 5 développe aussi un dialogue spatio-temporel intéressant en multipliant les dimensions que parcourent les personnages. Passée l’inquiétante séance d’observation du futur par Katie à travers une des VHS, la 3D plonge la maison dans un espace perturbant dont les couleurs autant que la matière et les formes changent constamment. La maison n’est plus seulement la cible de phénomènes paranormaux: elle devient un lieu de transition où s’abolissent les frontières entre le visible et l’invisible, le matériel et l’ineffable, ouvrant la porte au démon tant redouté depuis le début de la saga.

C’est par ailleurs cette démesure scénaristique qui touche le point limite de l’efficacité du dispositif initié par Oren Peli. Car en s’ouvrant plus directement à un univers fantastique pour sa conclusion, le film relâche la tension de l’inexplicable qui accroissait la peur nourrie par ses prédécesseurs. Il est presque frustrant de constater qu’en donnant littéralement corps au mal, il désactive l’angoisse de ne pas pouvoir se figurer les fameuses entités, de n’avoir aucun repère iconique tiré de la grande imagerie du cinéma d’horreur.

Cependant, cette Ghost Dimension offre un bouquet final généreux, et une ultime variation du « dispositif Paranormal Activity » qui se révèle être une sacrée leçon de maîtrise du cinéma en relief. On ne peut bouder notre plaisir, ce final ne pouvait mieux couronner une saga qui, avec ses hauts et ses bas, a fait de notre espace de vie quotidien son terrain d’expérimentations dont les plus abouties auront donné lieu à de vrais moments d’effroi.

Thomas Manceau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s