REVIEW: Mission Impossible 5, de Christopher McQuarrie

Mission Impossible: Rogue Nation

[opéra, baignade et dérapages]

mi 5

Rogue Nation n’est que le troisième long-métrage de Christopher McQuarrie, mais celui-ci affiche déjà une sacrée filmographie en tant que scénariste. Il a notamment collaboré à plusieurs reprises avec Bryan Singer, dont il a signé le fameux Usual Suspects qui lui valut l’Oscar du meilleur scénario original. Malgré d’autres titres moins convaincants mais toujours populaires (il a cosigné Jack le chasseur de géants), c’est tout logiquement que l’on a confié Mission Impossible 5 à McQuarrie qui avait déjà écrit le volet précédent (Protocole Fantôme).

Il y avait ainsi une plume expérimentée derrière le projet Rogue Nation, et le scénario se révèle à la hauteur, proposant une intrigue riche en rebondissements. A l’instar de ses prédécesseurs, le film s’ouvre sur une scène spectaculaire mettant en scène un Tom Cruise en bonne forme grimpant sur un avion qui décolle. Premiers frissons avant le démarrage toujours attendu du générique au thème légendaire. Le scénario s’articule autour de l’enquête d’Ethan Hunt visant à démanteler le « Syndicat », un groupe de criminels international, tandis que la Force Mission Impossible, en conflit avec la CIA, se trouve en voie de dissolution.

Dans un flot d’informations parfois complexe, MI 5 trouve son rythme et multiplie les scènes de suspense et d’action, avec trois séquences particulièrement audacieuses : le croisement d’espions en mission au cours d’un opéra, une séance de plongée suffocante et une course-poursuite endiablée en voiture, puis à moto.

La première est admirable pour son ingéniosité, sa virtuosité et sa montée en puissance. McQuarrie propose une infiltration dans les coulisses d’un opéra viennois aux décors exotiques. Plusieurs agents parviennent à s’introduire dans le bâtiment et à se faufiler derrière la scène, avec leurs objectifs respectifs. Il y a d’abord l’inventivité à l’œuvre dans la conception des armes, dissimulées à l’intérieur d’instruments de musique désarticulés: un sourire se dessine sur les visages des spectateurs, des chuchotements se font entendre. Puis, la musique interprétée par l’orchestre s’emballe, les agents prennent leurs positions stratégiques. Un jeu de regards bien cadré se déclenche et le montage prend les rênes de la séquence admirablement orchestrée. McQuarrie joue avec la mobilité des décors, faisant virevolter ses personnages à l’arrière-plan de la représentation. Les espions montent, descendent, chutent dans un affrontement silencieux presque burlesque, qui prend fin après les premiers coups de feu.

Quelques temps plus tard, Ethan est chargé de plonger sous un grand centre de données pour y falsifier un fichier. Le temps est compté, la scène joue avec nos nerfs comme bien d’autres séquences d’apnée mémorables, mais il y a quelque chose d’intéressant dans la mise en scène des péripéties de Tom Cruise. Un travail habile est effectué sur la vitesse et les décalages rythmiques causés par l’effet de siphon auquel Ethan doit faire face, devant assurer un double combat face au manque d’oxygène et à la puissance de l’eau qui l’emporte. Son corps fuse à travers le cadre qui peine à le suivre. On est alors pris d’une sensation de vertige qui s’ajoute à la tension déjà créée par cette situation claustrophobique.

Enfin, la grande séquence de course-poursuite à travers les rues marocaines marque un troisième temps fort du film, battant à plate couture bon nombre de références dans le domaine, grâce à un montage soigné et aéré, laissant durer des plans qui prouvent que nos battements de cœur ne dépendent pas d’un découpage épileptique. Tom Cruise est toujours aussi casse-cou, et son entêtement de cascadeur sans limite joue beaucoup sur le sensationnel de ces scènes, qu’il joue avec une aisance déconcertante.

Il faut absolument noter la justesse du traitement du personnage féminin. Rebecca Fergusson est une belle révélation qui permet régulièrement à Ilsa Faust (son personnage) de tenir tête à un Ethan Hunt qui semble avoir trouvé son alter-ego féminin. Ses élans de courage et ses cascades spectaculaires sont tout aussi impressionnants, et plus que bienvenus dans un monde où les blockbusters américains réduisent presque toujours les actrices à des rôles rôles sans envergure.

Les femmes de Mission Impossible ne sont pas des « Ethan Hunt girls », elles tapent du poing et crèvent l’écran (souvenons-nous également de l’une des dernières scènes de MI 3 dans laquelle Julia prenait totalement en charge le tournant héroïque de la séquence en se débarrassant des ennemis avant de réanimer un Tom Cruise sévèrement amoché).

La tendance humoristique principalement amorcée avec le volet précédent perdure, et le film perd parfois des points en flirtant avec un humour visant à dédouaner quelques facilités de scénario, mais dans l’ensemble celui-ci est mesuré et vient relativiser les prouesses et l’invincibilité du super-héros Hunt. Film d’espionnage ou pas, nul code de genre ne pose de limite aux aventures de la Force Mission Impossible, ni dans l’humour, ni dans le spectacle.

C’est là toute la différence avec l’ennuyeux agent 007 : l’un se pavane le regard vide en costard dans son Aston Martin, l’autre arbore tout sourire une chemise ringarde au volant de sa décapotable.

Thomas Manceau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s